Le Développement des Fonctions Exécutives et leur base neurostructurelle chez l’enfant prématuré

Investigateurs 
Dr Christina Borradori et al.

Mise à jour en cours

Intérêt de l’étude :

Il s’agit de pouvoir identifier les processus exécutifs et attentionnels perturbés chez les enfants prématurés débutant leur scolarité dans le but de proposer des pistes de prise en charge neuropsychologique et, ainsi, de limiter d’une part les difficultés d’apprentissage de ces enfants et, d’autre part, les conséquences de ces problèmes d’apprentissage.

Introduction :

Le fonctionnement exécutif se développe au cours de l’enfance et joue un rôle important dans les capacités cognitives, le comportement, la régulation émotionnelle et les interactions sociales.

Grâce à une collaboration entre les équipes de l’Unité de Développement (HUG) et de la psychologie clinique de l’enfant (Université de Genève), nous avons créé et adapté des épreuves permettant d’étudier ces compétences cognitives. L’application de ces épreuves et les corrélations avec l’évaluation du cerveau par les techniques d’imagerie par résonance magnétique durant la période néonatale et à l’âge de 6 ans, offrent l’opportunité d’étudier le développement des fonctions exécutives et leurs origines structurelles chez l’enfant né prématuré et avec un petit poids de naissance.

Ce projet se donne comme objectif de mieux comprendre le développement des fonctions exécutives chez l’enfant qui aurait un risque élevé de présenter un problème de développement cognitif et/ou de dysfonctionnement exécutif. La prématurité et un petit poids de naissance résultant d’un retard de croissance intra-utérin sont les deux facteurs de risque majeurs pour la survenue d’un problème de développement tout aussi bien fonctionnel que structurel.

Objectifs de l’étude

  • Mesurer l’impact de la prématurité et du retard de croissance intra-utérin sur le développement des fonctions exécutives et de la régulation émotionnelle chez l’enfant à l’âge de 6 ans
  • Etudier l’émergence des fonctions exécutives et de la régulation émotionnelle de manière prospective chez l’enfant grand prématuré (< 28 semaines de gestation) dans le but d’identifier des facteurs précurseurs de dysfonctionnement exécutif et de problèmes socio-émotionnels observés à l’âge scolaire.
  • Définir les effets de la prématurité sur le développement structurel du cerveau (techniques d’imagerie par résonance magnétique) à terme (40 semaines d’âge gestationnel) et étudier la relation entre ces altérations cérébrales et le développement ultérieur d’un dysfonctionnement exécutif.
  • Mettre en relation des altérations de la sphère cognitive, des fonctions exécutives et de la régulation émotionnelle (examen neuropsychologique) avec des lésions cérébrales (3D-MRI/DTI et fMRI) mises en évidence à l’âge scolaire.